Identification des revues prédatrices et nécessité de ne pas y publier des résultats de recherche

Par Dr SylvainKPENAVOUN CHOGOU, UAC/Abomey- Calavi

Ces dernières années, des chercheurs ayant publié au moins un document scientifique ou non reçoivent régulièrement des sollicitations agressives d'emails non désirées pour publier un article, être membre d’un comité éditorial en tant que qu'examinateur ou rédacteur, ou participer à une conférence, etc. Ces messages qui polluent les boîtes emails des chercheurs proviennent essentiellement des éditeurs de revues prédatrices dont l'objectif principal n’est pas de publier des articles scientifiques de qualité mais de maximiser le profit. Beaucoup de chercheurs honnêtes ont été piégés par ces prédateurs scientifiques. D'autres chercheurs ou doctorants, pourtant bien avisés, ont publié dans ces revues du fait de la relative facilité et rapidité de publication comparée aux revues sérieuses et légitimes. Malheureusement, la publication d'articles dans de telles revues n'est pas sans conséquences. Par ailleurs, les nombreux emails émis chaque jour par les éditeurs prédateurs peuvent noyer d’honnêtes invitations à des examens par les pairs. Il devient alors important de savoir identifier les revues prédatrices et ne jamais y publier des articles.

Vous devez être identifié pour accéder au contenu de cet article. Cliquez ici pour vous connecter en tant que membre du site!